001-234-567-8910

5th Avenue Madson, NY758, USA

Get Update on our recent Gadgets & Tabs

mercredi 6 avril 2016

Après le Mediator et l'Isoméride, le tramadol est l'objet de tous les soupçons

Posted by   on Pinterest

Pire que le Di-Antalvic qu'il est censé remplacer, ce médicament entraîne des effets secondaires graves et une accoutumance.

"J'ai reçu du tramadol à fortes doses à la suite d'une fracture du sacrum", écrit sur le site Méamédica une femme. "Sensation de planer, mais douleur plus que supportable. Depuis, je l'utilise régulièrement." "De très gros effets secondaires ; à ne pas prendre seul ni avant de prendre un véhicule !!" ajoute une autre. "Un médecin généraliste me l'a prescrit alors que je souffrais d'une douleur aiguë au niveau de l'épaule droite. S'il y a quelque chose que je regrette le plus au monde et que je voudrais changer, c'est de l'avoir acheté et l'avoir pris !!!" regrette une troisième.



"C'est vrai qu'au départ, en prenant cette drogue, j'étais hyperactive, je n'arrivais pas à dormir et je me sentais très en forme. Quant à la douleur, elle a carrément disparu, mais après j'en suis devenue une véritable accro !"

Des témoignages comme ceux-là, il y en a de très nombreux sur Internet. Mais l'article publié ce matin dans Le Parisien pointe l'ampleur des dégâts. Et il dénonce l'usage détourné de ce médicament au Moyen-Orient, à Gaza en particulier, où près d'un habitant sur deux en consommerait. Il faut bien préciser que le tramadol est un dérivé de l'opium, qui est commercialisé sous forme de génériques et est aussi présent dans différents médicaments (Topalgic, Ixprim, Contramal, etc.).

Dans notre pays, cette molécule fait actuellement l'objet d'une surveillance de l'Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps). Les résultats de son enquête devraient être connus prochainement, selon Nathalie Richard, responsable du département stupéfiants et psychotropes à l'Afssaps.
Elle précise : "En 2010, nous avons recensé sept décès par overdose de tramadol chez des toxicomanes, alors qu'il n'y en avait pas jusqu'à 2007."
Cela fait longtemps que la revue indépendante Prescrire tire la sonnette d'alarme à son sujet. Encore en janvier dernier, on pouvait y lire : "Une analyse des données de la base de pharmacovigilance suédoise a recensé 104 observations de dépendance au tramadol. (...)

Les troubles les plus rencontrés ont été des syndromes de sevrage, des usages abusifs, des augmentations de doses, etc. Pour plus de la moitié des notifications, les troubles ont été graves." D'autres articles avaient auparavant dénoncé les risques d'hypoglycémie, les atteintes hépatiques, les risques de confusion accrus, voire les hoquets induits par ce médicament ainsi que les interactions avec d'autres traitements.

L'intérêt accru pour le tramadol s'explique, en partie, par le retrait du Di-Antalvic qui avait efficacement combattu les douleurs de plusieurs générations de patients. Disponible en France depuis 1964 - et jusqu'en mars 2011 - sur prescription médicale, ce médicament (associant du paracétamol, antalgique, à un opiacé) et tous ses génériques ont été progressivement retirés du marché dans l'ensemble de l'Union européenne, à la suite d'une décision prise en juin 2009 par l'Agence européenne d'évaluation des médicaments.
Les experts avaient jugé que le Di-Antalvic présentait une balance bénéfices-risques largement défavorable. Les patients se sont alors massivement mis à consommer du tramadol. Parfois à leurs risques et périls...

Source : http://www.lepoint.fr

Aucun commentaire:
Write commentaires

À Découvrir Aussi

loading...
Hey, we've just launched a new custom color Blogger template. You'll like it - https://t.co/quGl87I2PZ
Join Our Newsletter